Sauvegarde de l'Histoire de Quissac APSHQ

Les Passes

« Les passes »

 

Quel drôle de nom pour qualifier un passage permettant de traverser le Vidourle sur des cailloux sans se mouiller les pieds !


L’origine est certainement occitane « los pasous » (les pas).

Je n’ai pas retrouvé la date de création de cet ouvrage, mais sur cette photo du début du siècle , on les devine au pied de la dame droite.

 

 

 

Cette photo est certainement prise après l’inondation de 1907, car on voit l’immense tas de gravier amoncelé et le parapet de la chaussée détruit en partie.

 


 

 

Cette carte postale, envoyé par un blessé en convalescence, date de la guerre de 14-18 ou l’hospice de Quissac avait été transformé en hôpital militaire,dit temporaire, pour blessés en convalescence.


 

Ces passes sont constituées par des pierres de Pompignan, d’une hauteur d’environ 60 cm, sur 40cm de long et 20cm de large (dimensions approximatives, puisées dans mes souvenirs), avec un socle important qui alourdit l’ensemble pour résister au courant pendant les inondations. Leur écartement, de 50cm environ, permet au grands et petits d’enjamber facilement ces espaces.

 

 

Georges Fermaud touchant l’eau avec les mains,

 

 Jeannine Fermaud assise, Durand avec les mains sur les hanches

 

(Album personnel de Max Fermaud)

 

Même si les passes servent souvent de traverse aux gens du Faubourg du Pont, leur objectif premier est certainement de pouvoir accéder aux plages de galets ou les bugadiéres et blanchisseuses viennent laver et étendre leur linge. Ces passes sont aussi un lieu privilégié ou les gosses de tout âge viennent s’amuser. Je garde d’ailleurs un cicatrice au dessus de l’arcade sourcilière droite, après une chute contre une marche, qui aurait pu être mortelle.

 

 

Colette Remon, épouse de Gégé, sur les passes en 1950

 

  

Ces passes ont hélas disparues, après les inondations de 1958 et aucune municipalité depuis n’a  jugé opportun de les reconstruire, car aprés le barrage en aval du Pont le gravier a pratiquement disparu car il est récupéré régulièrement, au grand désespoir des canards de Mathias!

 

Roger Llorca





20/08/2012
1 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 95 autres membres