Sauvegarde de l'Histoire de Quissac APSHQ

Les Écluses du Bosc

 

Les Ecluses du Bosc



 

Le Vidourle a toujours été une richesse pour l’agriculture de notre région et particulièrement pour le village de Quissac. Mais il est aussi sec en été qu’imposant et parfois  ravageur en hiver. Or c’est en saison sèche que l’eau devient indispensable pour arroser les jardins de Vidourle Mort. D’autre part le chemin de fer, dont la gare de Quissac a été inaugurée en 1872, a besoin de beaucoup d’eau pour les machines à vapeur. Or celles-ci fonctionnent toute l’année. Les tanneries, teintureries et filatures situées au sud du quartier de Vièle sont aussi de grosses consommatrices d’eau mais en été, elles manquent d’eau. Il semble donc judicieux d’envisager une retenue d’eau en amont pour palier ces problèmes.

D’autre part il pourrait être envisagé par le biais d’un canal, le cheminement de l’eau jusqu’au prés de la plaine. Il est donc décidé, en 1885, de construire un barrage un peu en aval  de l’Abreuvoir, au coin du prés des « Pérettes ». Mais après avoir rencontré plusieurs difficultés, le barrage est démoli et reconstruit 200m en aval, dans le quartier du Bosc.  Le plan d’eau constitué par la grande écluse servira donc de retenue d’eau jusqu’en amont de « la Planche », permettant ainsi l’arrosage des jardins de Vidourle Mort, le puisage de La Prise d’eau pour le chemin de fer, un lieu dit « l’Abreuvoir » ou chevaux et mulets viendront s’abreuver et ou les femmes viendront faire la « bugade » et le départ du canal. Plusieurs autres lieu sur le passage du canal seront réservés aux lavandières : un au départ de la chaussée coté vièle et un autre en face le temple, lieu privilégié par les lavandières qui bénéficieront de la grande surface de gravier pour étendre leurs draps de l’écluse du moulin du pont jusqu’au pré de « Griotto ».

 Cette retenue d’eau servira bien sur  à l’alimentation du moulin, construit sur la grande écluse. Il sera malheureusement détruit au cours des inondations de 1933. Une deuxième écluse dite  « l’Eclusette » sera construite à 50 mètres en aval, ce qui permettra de faire une nouvelle retenue d’eau avec une plage de gravier ou des générations de Quissacois viendront se baigner. Une petite source en aval permettra de se désaltérer. Hélas aujourd’hui la pollution du Vidourle a fait disparaitre l’attraction et la fréquentation de ce lieu.


Texte rédigé par Roger Llorca, membre de L’Association pour la Sauvegarde de l’Histoire de Quissac

 


 

 

 



28/12/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 95 autres membres