Sauvegarde de l'Histoire de Quissac APSHQ

LE CANAL DISPARU- Jean Pradier

LE  CANAL  DISPARU

 

Autrefois les battoirs rythmaient sur tes margelles,

L’on entendait les rires des belles lavandières

Rassemblées tout au long de ton chenal de pierre,

Commentant plaisamment du pays les nouvelles.

 

Là, elles racontaient, comme au café les hommes,

Les ragots du village quand ils étaient grivois

Et les secrets d’alcôve chuchotés à mi-voix,

En se moquant un peu de tout le monde en somme.

 

Nous, enfants, attendions, assis sur la Chaussée,

Inclinant sur tes eaux nos tendres têtes blondes,

Pour regarder flotter nos bateaux sur tes ondes,

Bateaux que nous prenions pour de vrais cuirassés.

 

Après avoir longé la longue promenade,

Au sortir de Quissac, tes eaux couraient soudain

Irriguer richement les prés et les jardins,

Comme un taureau furieux au cours d’une abrivade.

 

Le canal aujourd’hui a cessé sa carrière,

Pourtant l’on peut entendre, si l’on sait écouter

Les grands coups de battoirs, l’eau claire s’égoutter

Et les rires railleurs des belles lavandières.

 

Jean  Pradier,  septembre  2007

 



14/03/2011
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 95 autres membres