Sauvegarde de l'Histoire de Quissac APSHQ

La Mort de la cigale

LA MORT DE LA CIGALE

 

Quand la blonde moisson sur la plaine ondoyante

Pour saluer l’aurore incline son front d’or,

Quand, offrant à la faux sa tige frissonnante,

Le froment mûr tressaille en attendant la mort,

 

De l’aube au crépuscule, une chanson dolente

Berce les lourds épis aux feux de Messidor :

Mélopée à la fois alanguie et stridente

De la cigale, hélas ! Compagne de leur sort.

 

Et puis, quand sur un sol où sèchent les éteules,

Les épis rassemblés en gerbes ou en meules

Expirent lentement dans le champ dévasté,

 

La cigale, fidèle à la moisson amie,

Tait son chant et s’endort sur la terre endormie,

Lasse d’avoir vécu, fière d’avoie chanté.

 

Georges Noguier,  Quissac, août 1912

 

 

 



02/01/2011
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 95 autres membres