Sauvegarde de l'Histoire de Quissac APSHQ

D’APRÈS “L’ALBATROS”

D’APRÈS   “L’ALBATROS”   DE   C.  BAUDELAIRE

 

Souvent, pour délirer, les copains facétieux,

Prennent quelques sujets, vastes, parfois opaques,

Qui traînent, somnolents, ouvrages poussiéreux,

Sur les rayons garnis de la bibliothèque.

 

A peine les ont-ils à portée de crayon

Que ces dingues de mots, poussés par l'intuition,

S’envolent et délirent en joyeuses pochades

Parodiant parfois jusqu’au Marquis de Sade.

 

Inconscients histrions, franchement rigolards,

Ils écrivent un peu et se marrent beaucoup,

Unissant leurs efforts, ils pondent jusque tard

Des textes maladroits jamais de mauvais goût.

 Ensuite ils les lisent et toujours s’esbaudissent

Refusant tant soit peu de se prendre au sérieux.

Mieux que les mousquetaires, parce qu’ils sont plus nombreux,

Ils jouent, écrivent rient, sifflotent et polissent

Des vers de mirlitons qui sont souvent bancals,

Parfois même banals !

 

Anne Nègre, Quissac, 2008



14/03/2011
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 95 autres membres