Sauvegarde de l'Histoire de Quissac APSHQ

Charles Mourier

 

 

Charles Louis Daniel Mourier nait à Nîmes le 26 octobre 1857 d'une famille protestante. Il fait ses études au lycée de Nîmes et ensuite passe sa licence de droit à la faculté de Paris à 22 ans. Il réussit le concours d'auditeur au Conseil d'Etat en 1880 et Jules Cazot, garde des sceaux sous le gouvernement de Jules Ferry, puis Gambetta le prend à son service. Jules Cazot, originaire d'Alès, est également président du Conseil Général du Gard.


En 1888, Charles Mourier revient au Conseil d'Etat et sous le ministère Floquet, Président du Conseil, Monsieur Jean Baptiste Férrouillat, Ministre de la Justice, le prend comme Directeur de cabinet. Maitre des Requêtes en 1890, il entreprend l'étude de l'Assistance Publique et de toutes les questions s'y rattachant et en 1896 il siège au Conseil de Surveillance. Mais Charles Mourier ne se désintéresse pas pour autant de la politique locale et en 1898, il est élu au conseil général du Gard comme conseiller du canton de Quissac. Le Conseil Général du Gard a déjà 40 conseillers généraux . En 1900, à l'exposition universelle, Charles Mourier est nommé Rapporteur du Comité d'Admission et d'Installation de la classe 112 (Assistance Publique et Privée) puis Rapporteur du jury international ( même classe) et devient membre du congrès d'Assistance Publique et de Bienfaisance Privée.

En 1901, déjà Conseiller Général du canton de Quissac , Charles Mourier se présente comme candidat républicain aux élections législatives dans la 1ère circonscription de Nîmes. Il s'agit de remplacer Mr Delon Soubeyran, républicain, décédé. Arrivé en troisième rang, il se désiste en faveur du candidat socialiste Mr Fournié, qui est élu contre Mr de Bernis (conservateur). Après cet échec il est nommé Directeur Général de l'Assistance publique en remplacement du docteur Napias, décédé. Il devient Officier de l'Instruction Publique et en aout 1900, il est promu Officier de la lègion d'honneur. Il décède en 1904 et le village de Quissac, qui vient d'aménager la place des « Quatre Coins » après la démolition de l'auberge du Croix d'or, décide de donner à cette place le nom de son célèbre Conseiller Général : Charles Mourier. Plus tard, le 21 juin 1905, le conseil municipal de Nîmes prend une délibération, approuvée par décision ministérielle du 6 juillet 1905 pour donner son nom au square appelé jusqu'alors Paul Soleiller. Le square portera son nom jusqu'en 1964 ou il prendra l'appellation du 11 novembre 1918.

 

 

Place Charles Mourier Nimes

 

 

 

 Texte rédigé par Roger Llorca, membre de L'APSHQ





11/05/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 95 autres membres